X
Logo Pokéstrat mobile

La Paix Véritable - Chapitre 2 : Nouvelle vie

Sujet créé par Aurazen le 27/12/2018 à 22:59 (édité le 06/01/2019 à 12:40)
Chapitre 2 : Nouvelle vie


Le Bétochef continuait sa course effrénée en direction du Refuge, toujours en portant le jeune Riolu sous son bras. Ce dernier ne s’agitait pas, toujours paralysé par les récents événements. Alors que le Bétochef s’essoufflait de plus en plus, notamment à cause de son grand âge, il aperçut la sortie de la forêt ainsi qu’une lumière aveuglante qui émanait d’entre les derniers arbres. Une fois sortis de la masse forestière, ils purent distinguer plus clairement d’où provenait la lumière.

- "Pff… Pff… On y est, gamin ! On est arrivés au camp de base !" dit Bétochef, épuisé.

Ce qu’il appelait le camp de base, ou le Refuge, était un lieu se situant tout au Nord de la Campagne, plus précisément à proximité de la Capitale. C’était un lieu dans lequel on pouvait se rendre en cas de menace globale, afin de sécuriser la population. En l’occurrence, l’endroit idéal pour se réapprovisionner et reprendre des forces. Il existe un Refuge dans chaque coin de la Capitale, afin d’accueillir le plus de réfugiés possible. Ce camp de base, celui du Sud, était sous la forme de tentes de soins, pour prendre en charge les potentiels blessés, et de quelques bâtisses dans lesquelles on pouvait se réchauffer, prendre un petit remontant et se reposer à souhait. Bétochef se dirigea péniblement vers un des bâtiments et ouvrit lentement la porte. Son imposant gabarit ainsi que le grincement strident de la porte ne passèrent pas inaperçus, bien au contraire ; une Fragilady toute paniquée se précipita alors vers eux :

- "Oh mon Dieu ! Kurt, tu es sain et sauf ! Mais tu as l’air vraiment mal en point… dois-je appeler une infirmière ?" lui demanda t-elle d’un air très inquiet.

- "Je vais bien, ne… ne t’en fais pas, Lily." répondit-il d’une respiration haletante. "Occupe-toi plutôt de ce gamin…" Il montra Riolu d’un signe de tête. "Il a subi un traumatisme et j’ai peur de ce qu’il pourrait lui arriver… il n’a pas décroché un mot depuis que nous nous sommes enfuis."

- "Oh non, le pauvre… je vais faire de mon mieux pour m’occuper de lui. Mais vois-tu, nous sommes particulièrement débordés après l’assaut surprise de cette nuit… ils nous ont pris de court et nous avons eu très peu de temps pour installer le Refuge… j’imagine que tu me comprends."

Le Bétochef acquiesça en soupirant ; de lointains souvenirs enfouis refaisaient lentement surface alors qu’il entendait ces mots. Il posa le jeune Pokémon à terre, sur ses deux pattes. Il tenait à peine debout, la Fragilady vint alors l’aider à marcher et l’emmena s’asseoir à une table non loin de là. Bétochef s’assit en face de lui, le tabouret grinçant sous son poids. Riolu restait immobile et fixait la table, le regard plongé dans le vide.

- "Comment tu t’appelles, petit ? Tu as besoin de quelque chose ? Tu as soif ? Tu veux manger un bon repas chaud ? À moins que tu ne veuilles simplement te reposer…"

Alors que la prénommée Lily s’agenouillait à coté de Riolu et l’inondait de questions pour tenter de le faire réagir, celui-ci restait stoïque et semblait impassible à toute proposition. La Fragilady se tourna alors vers le Bétochef :

- "Kurt… où sont ses parents?"

Le Bétochef écarquilla les yeux et dit d’une petite voix paniquée :

- "Lily, non !!"

Trop tard. À peine eut-elle terminé sa phrase que Riolu se mit à trembler. Il se replia sur lui-même en se bouchant les oreilles, claquant fortement des dents et fermant les yeux, au bord desquels apparaissaient des larmes d’une profonde tristesse. Il se balançait d'avant en arrière, comme pour se rassurer. La Fragilady semblait désemparée ; elle se sentait coupable de l'avoir mis dans un tel état. Kurt posa alors sa grande main sur son épaule et lui chuchota à l'oreille:

- "Ses parents sont morts juste sous ses yeux... 'faudrait éviter de lui rappeler pour l'instant..."

En entendant ces mots, Lily affichait un visage terrifié : il était évident qu'elle s'imaginait l'horrible scène que cela avait dû être pour un enfant aussi jeune.

- "J-Je... Je suis vraiment... désolée..." parvint-elle à articuler, encore sous la choc de la terrible nouvelle. Elle se pencha alors vers Riolu, toujours renfermé sur lui-même.

"Excuse-moi, je... je ne savais pas... vraiment... désolée…"

Il cessa de se balancer et de claquer des dents. Il resta un petit moment ainsi avant de poser ses bras sur la table et de s'y enfouir en pleurant toutes les larmes de son corps. Parmi ses sanglots, on pouvait identifier quelques mots, comme "Maman" ou "Papa", mais tout le reste relevait d'un charabia intraduisible. Kurt vint doucement caresser la tête du Riolu pour tenter de le calmer, sans grand succès.

- "Laissons-le pleurer un peu, le temps qu'il se remette de ses émotions."

- "Je suis d'accord…" acquiesça Lily. De toutes façons, je ne peux pas rester ici indéfiniment, d'autres blessés ont besoin de mon aide. Tu veux boire quelque chose en attendant ? ." lui demanda t-elle.

- "Un Cocktail Capumain ne serait pas de refus, héhé." répondit-il en ricanant.

- "Un Cocktail Capumain ?!" répéta t-elle d'un air surpris. "Ce n'est pas prudent, dans ton état ! Dois-je te rappeler que c'est une boisson très alcoolisée ?"

- "J'ai plus de 60 ans à mon actif, jeune fille ! Tu crois encore pouvoir me donner des leçons de vie à mon âge ? J'en ai vu des vertes et des pas mûres, donc c'est pas un pauvre remontant de rien du tout qui va me faire peur, hahaha !"

- "C'est ce foutu "remontant" qui te tuera un jour, Kurt ! Et si ça arrive, ne compte pas sur moi pour venir à ton enterrement !"

Kurt éclata de rire.

- "HAHAHAHA ! Sacrée Lily ! T'as pas changé, depuis le temps !"

Alors que Lily s'éloignait en direction du bar, on l'entendit marmonner:

- "Espèce d'inconscient..."

Aura avait arrêté de pleurer. On aurait dit qu'il s'était endormi brusquement. De son côté, Kurt se marrait tout seul en repensant aux moments passés avec Lily dans sa jeunesse. Lorsque celle-ci revint avec le Cocktail Capumain, elle le posa sur la table, face à Kurt. Il était rouge comme une Baie Ceriz et contenait quelques bulles pour pimenter le tout. À la paille du Cocktail était accrochée une petite statuette en forme de Capumain. Cependant, Kurt s'indigna devant un léger détail de sa boisson:

- "...Et les glaçons ? Y'a pas de glaçons ! Où sont les glaçons, ma jolie ?"

Lily, furieuse, alla ramasser un sac de glace sur la table d'à côté et le lança droit sur Kurt : touché en pleine figure. Elle lui cria :

- "Tiens, les voilà tes glaçons !"

Puis elle sortit précipitamment du bâtiment en direction des tentes de soins. Kurt retira le sac de glace de son visage et l'appliqua plutôt contre sa plaie à la tempe.

- "Aaah... y'a pas à dire, ça fait quand même du bien. J'espère juste que j'l'ai pas vexée avec mes caprices de vieux con…"

Il resta silencieux pendant quelques minutes, regardant Aura dormir et pensant à son pilier probablement perdu à jamais, ou bien réduit en poussière ; dans tous les cas, irrécupérable. Il but une gorgée de son Cocktail.

- "Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire, moi, maintenant? C'est sûr qu'un seul pilier, c'est plus facile à manier, mais en même temps... je l'aimais bien, moi, ce pilier…"

Il but une autre gorgée. "Ces... *hic*'tains de sudistes... ils ont rompu le Pacte Royal... mais pourquoi...? Ça me gave, on peut même pas *hic* être tranquilles 50 ans sans qu'il se passe *hic* quelque chose..." Il but une autre gorgée. "Et... ce gamin... qu'est ce que je vais bien pouvoir en faire ?" Il regarda longuement le Riolu endormi. "J'ai pas l'âge ni *hic* l'envie de me le coltiner partout... et il est encore trop jeune pour se débrouiller seul... comment faire...?"

Il retira la paille du verre, le prit en main, but tout son contenu d'un seul coup et le reposa sur la table. Soudain, ses yeux s'illuminèrent ; il avait eu une idée.

- "Mais... bien sûr ! C'est... c'est exactement la personne qu'il lui faut ! C'est décidé, je... *hic* J'en parlerai à Lily quand elle aura fini son travail ! Je parie *hic* 20 Pokés qu'elle saura quoi faire, et Arceus sait combien je tiens à mon argent !"

Il continua ainsi son monologue pendant de longues, très longues heures, racontant des histoires du passé, des anecdotes de jeunesse, ou bien encore comment lui est venue cette passion pour l'alcool et l'argent. Mais tout ceci en vain, car il ne restait plus personne aux alentours pour l'écouter ; ils étaient tous partis se coucher au vu de l'heure. Lorsque Lily revint des tentes de soins, elle semblait épuisée : elle avait des cernes sous les yeux et traînait les pieds sur le sol. Elle alla s'asseoir à la table de Kurt et Aura en baragouinant:

- "Mmh... mmh... fatiguée…"

Elle s’effondra sur la table et s'endormit presque aussitôt. Bétochef était désormais le seul encore debout ; visiblement, il était déçu que son amie ne puisse pas davantage converser avec lui. Il grimaça puis se leva, toujours en faisant grincer le tabouret qui menaçait de céder sous son poids à tout moment. Il posa son pilier contre un mur, se disant qu'il pourrait le récupérer sans problème le lendemain. De toute manière, peu de Pokémon seraient capables de soulever ce pilier, il n'eut donc pas vraiment de crainte à ce sujet. Il prit Lily et Aura sous ses bras, les soulevant comme des poids plume, tout en prenant soin de ne pas les réveiller. Il alla tout d'abord dans le dortoir du personnel : il y faisait sombre, seuls les rayons de la lune traversant les carreaux éclairaient la pièce. Il déposa la Fragilady endormie dans le seul lit vide qu'il restait, ce devait probablement être le sien. Il la recouvrit avec la couverture pour ne pas qu'elle ait froid, puis fit demi-tour en fermant silencieusement la porte derrière lui. Il se dirigea par la suite vers le dortoir des réfugiés et fit de même pour le jeune Riolu endormi. Il alla à son tour s’installer dans un lit adjacent après s'être assuré de sa solidité. Il se glissa sous la couette et posa sa tête sur son oreiller avant de murmurer:

"Bonne nuit, gamin..." et sur ces mots, il s'endormit à son tour.


Riolu ouvrit les yeux. Il regarda autour de lui : malgré l’obscurité, il arrivait à peu près à distinguer ce qui l’entourait. Il était au centre d’une petite pièce humide et poussiéreuse : des toiles de Statitik pendaient ici-et-là au plafond. Le lit dans lequel il se trouvait n’était pas le sien, il était différent de celui dont il avait l’habitude. Celui-ci était froid et dur, impossible de trouver le sommeil en restant là-dessus. Il se redressa et essaya alors de se lever. Cependant, il bougeait un peu inconsciemment ; il avait l’impression de ne pas contrôler la totalité de ses mouvements. Il sortit finalement de son lit et se dirigea lentement vers la porte, qui servait d’unique échappatoire à ce bloc de béton à l’air irrespirable. Il posa sa patte sur la poignée et tira. En ouvrant la porte, il fut tout d’abord aveuglé par une intense lumière. Lorsque celle-ci se fit moins vive, il put apercevoir ce qu’elle cachait : sous ses pieds, il n’y avait que du vide ; la terre ferme devait se trouver au moins à quelques centaines de mètres en-dessous de lui. En relevant la tête, il vit un gigantesque nuage de fumée au loin. En regardant plus attentivement, il rendit compte que l’endroit d’où venait la fumée n’était autre que… son village, flambant sous l’assaut des Pokémon ennemis. À peine eut-il le temps de contempler ce paysage de cauchemar qu’il sentit une force mystérieuse le pousser en avant. Il perdit l’équilibre et chuta dans le vide. Il bougeait dans tous les sens, n’attendant plus qu’un miracle pour le sauver. Il essayait de crier, mais sa cage thoracique semblait paralysée et aucun son ne voulait sortir malgré ses nombreuses tentatives désespérées. Il se laissa tomber ainsi longtemps, se disant que c’en était fini de lui, qu’un retour en arrière était impossible. C’était la fin.

Mais bizarrement, plus il se rapprochait du sol, plus il semblait flotter, ou du moins, sa chute ralentissait progressivement. Lorsqu’il tomba sur le sol à plat ventre, il n’eut pas du tout mal. Au contraire, il était quelque peu soulagé d’avoir regagné la terre ferme. En relevant la tête, il se rendit compte qu’il était dans un endroit situé entre la forêt et le village. Il avait pourtant le souvenir d’avoir chuté relativement loin… En regardant plus attentivement les alentours, il remarqua à sa droite un Rhinoféros allongé sur le sol, non loin de là. Il vit également un Camérupt à moitié enfoncé dans un mur de maison, quelques mètres plus loin. La vie semblait les avoir quittés tous les deux. Lorsqu’il le remarqua, des frissons parcoururent l’intégralité de son corps, et il aperçut alors un grand bâton fluorescent se trouvant dans sa main gauche, alors que celle-ci était vide quelques secondes auparavant. Il empoigna fermement ce bâton en forme d’os allongé, qui semblait lui redonner confiance en lui. Il se releva et vit pour la seconde fois cette scène… cette scène dans laquelle les maisons flambaient et explosaient. Au loin, il aperçut l’ombre d’un Pokémon qui accourait vers lui à toute vitesse dans la fumée. Cette ombre, il la connaissait… c’était celle de Kurt. Lorsque celui-ci sortit précipitamment du nuage de fumée, sa bouche bougeait énormément, comme si il lui criait des choses. Mais il ne l’entendait point, le bruit autour était trop fort pour qu’il entende quoi que ce soit. Voyant qu’il ne réagissait pas, le Bétochef lui fit alors signe de se retourner, d’un air paniqué. Il s’exécuta, mais ne vit derrière lui qu’une grande lumière orangée qui se rapprochait de lui à une vitesse foudroyante. Il sentait également une intense chaleur qui se faisait de plus en plus forte au fur et à mesure que la lumière se rapprochait. Il plissa les yeux et se mit une main sur l’avant de la tête, désormais incapable de faire front à cette luminosité. Il ne put que distinguer quelques semblants de flammes avant de sentir un puissant souffle ardent se heurter violemment contre son corps. Il hurla.


Riolu ouvrit les yeux. À son réveil, il était en sueur et haletait sans relâche. Une fois calmé, il prit quelques instants pour regarder ce qui l’entourait ; le paysage avait radicalement changé, il se trouvait visiblement dans un lit de dortoir. Une douce lumière éclairait la pièce. Le lit était le même que tout à l’heure, mais cette fois, il était chaud et doux. Il n’y avait plus personne dans le dortoir, hormis quelques Pokémon tardifs dont un Machopeur qui ronflait bruyamment. Le jeune Riolu repensa alors à ce qu’il avait vu : se pourrait-il que tout cela n’était qu’un cauchemar…? Non. C’était bien trop réel. Il avait besoin d’en savoir plus sur ce qu’il s’était passé au village pendant l’attaque. Il se leva et sortit du dortoir, repensant à tout ce qu’il avait vu. Il franchit le couloir qui servait de transition entre la salle commune et les dortoirs, puis aperçut Kurt assis à une table, la même que la veille. Il se dirigea vers lui. Lorsque celui-ci remarqua la présence du jeune Pokémon, il l’accueillit à bras ouverts :

- "Aaah, t’es enfin réveillé, gamin ! Je me demandais bien quand tu allais te lever. Vas-y, assieds-toi !"

Le Riolu prit place en face de lui et regarda la table, silencieux.

- "Alors, t’as retrouvé la parole depuis hier ?" lui demanda t-il, curieux.

Le Riolu ne bougea pas. Bétochef prit cela comme une réponse négative, il soupira.

- "Bon… j’imagine qu’on n’y peut rien. J’aurais bien aimé te poser quelques questions, moi."

Lorsqu’il finit sa phrase, ils entendirent une porte s’ouvrir : c’était celle du dortoir du personnel. Lily en sortit en traînant les pieds et en bâillant. Elle n’avait probablement pas beaucoup dormi cette nuit, elle tenait encore son oreiller à la main. Kurt, quant à lui, était plutôt matinal dû à son âge. Il l’interpella en la taquinant à sa manière :

- "Bah alors, Lily ? On se lève aussi tard ? Même le gamin était sur pattes avant toi ! Ah, la jeunesse, je vous jure… tous des bons à rien !"

En entendant cela, Lily changea de trajectoire et se dirigea alors vers Kurt, les yeux encore à moitié ouverts. Cela ne l’empêcha pas de frapper - avec une précision parfaite - la tête de Kurt avec son oreiller en coton. Une fois la besogne accomplie, elle repartit dans sa direction initiale. Kurt retira l’oreiller de sa tête et le posa à coté de lui.

- "Décidément, si on ne peut même plus plaisanter…" ronchonna t-il.

Kurt prit sa tasse et but une gorgée de son lait d’Écrémeuh. Il posa un coude sur la table et la regarda d’un air pensif pendant longtemps. Au bout de quelques minutes, on entendit une toute petite voix, celle d’Aura, s’exprimer :

- "M-Monsieur Kurt… ?"

Le Bétochef resta stoïque. On aurait dit qu’il dormait les yeux ouverts, alors qu’il était simplement perdu dans ses pensées ; celles dans lesquelles personne n’osait s’aventurer par peur de perdre la raison. Malgré les apparences, il se passait beaucoup de choses dans la tête de ce vieil homme.

- "Monsieur Kurt ?" répéta Aura, voyant qu’il n’avait pas entendu.

- "Hein… ? Que… quoi ?" Il sursauta légèrement, surpris par cet appel inattendu. Il regarda le Riolu : "C’est… c’est toi qui as parlé, gamin ?"

Il acquiesça.

- "J’ai… j’ai une question…" dit-il de sa voix toujours aussi faible. Kurt se redressa et le regarda avec attention.

- "Je t’écoute, dis-moi tout." répondit-il, tendant l’oreille au moindre mot qui sortait de sa bouche.

- "Où… où est mon papa ?" demanda t-il, n’ayant pas pu avoir de réponse claire de sa mère.

Le Bétochef resta de marbre. Comment expliquer à un enfant si jeune que son père avait rejoint l’autre monde ? Toutefois, si ce n’était que cela, il aurait simplement fallu d’un peu de courage pour avouer la vérité. Mais au vu de la réaction de Kurt, celui-ci semblait savoir beaucoup plus de choses qu’il n’y paraissait. Une expression de pure terreur apparaissait sur son visage au fur et à mesure qu’il prenait conscience de la situation.

- "J’ai fait un rêve bizarre cette nuit…" continua le Riolu. "Vous étiez dedans… dans le village, et je… j’ai besoin de savoir ce qu’il s’est passé… ce qui est arrivé à mon papa…"

Il ne parvenait plus à sortir le moindre mot. Après réflexion, le jeune Pokémon avait tout de même vu sa mère mourir sous ses yeux, donc son récit pouvait difficilement être pire… Il prit une grande inspiration, puis soupira avant de commencer son histoire :

- "D’accord, gam- euh… Aura… Je vais te raconter ce qu’il s’est passé. Tout a commencé lorsque nous a attaqué Eremia, le Royaume au Sud d’Irène. Non seulement ses soldats sont réputés pour être des durs à cuire, mais en plus ils nous ont pris par surprise, en pleine nuit… autant dire que nous n’avons pas fait long feu." Les blagues de mauvais goût de Kurt mettaient visiblement Aura mal à l’aise, il fit alors attention à surveiller ses mots. Il reprit : "Hum hum… Je disais donc : malgré mon âge, j’ai réussi à nous débarrasser de certains des leurs, mais ils accouraient par dizaines… un aussi petit village que le nôtre n’avait aucune chance de s’en sortir, à moins d’un miracle. Je me suis donc enfui le plus vite possible en direction de la forêt, sans même prêter attention aux corps de tous nos amis tombés au combat… seule la survie comptait, désormais. Pendant ma course, j’ai aperçu quelqu’un à travers les nuages de fumée qui couvraient le village. Mais cette ombre que je voyais sautillait partout, et d’autres ombres semblaient s’entrechoquer. Je me suis alors dit qu’il devait y avoir un combat, et que j’avais encore la possibilité de sauver des vies… En traversant le nuage de fumée, j’ai vu… ton père, Aura…"

Aura releva soudainement la tête à l’évocation de son père. Kurt continua :

"Lorsque j’ai eu la vision plus claire, j’ai vu qu’il avait mis deux Pokémon à terre… et j’en ai vu un troisième… mais ton père ne le voyait pas, il lui tournait le dos. J’ai essayé de le prévenir en l’appelant, en criant de toutes mes forces, mais rien à faire… on aurait dit qu’il ne m’entendait pas. J’ai alors fait de grands signes pour lui dire de regarder derrière lui, mais… il était trop tard… T-Ton… ton père venait de se prendre une Déflagration de plein fouet… il n’a pas survécu."

Il y eut un pesant silence à la table. Aucun des deux Pokémon n’osait plus dire quoi que ce soit. Riolu écarquillait les yeux ; ces événements correspondaient précisément à ce qu’il avait vu dans son rêve. Alors qu’il se tourmentait l’esprit avec ce phénomène inexpliqué, Kurt avait la gorge sèche mais eut tout de même la force de finir son histoire :

"Ce Pokémon… c’était un Typhlosion… et il était sacrément coriace. Nous étions pratiquement à forces égales, sauf que moi, j’étais plus âgé et moins en forme que lui. Il a fini par me projeter violemment contre un arbre, d’où ma blessure à la tempe. C’est à ce moment que j’ai décidé de m’enfuir, ne voyant aucune autre issue. J’ai grimpé la colline, j’ai atteint la clairière, et… c’est là que je t’ai trouvé, gamin."

Il prit une pause pour boire une gorgée de son lait d’Écrémeuh, puis ajouta :

- "Je… Je suis désolé, Aura. Je n’ai pas pu sauver tes parents… mais tu dois savoir une chose. Tu es encore petit, donc tu ne t’en souviendras peut-être pas, mais… je connaissais bien tes parents. Et ils étaient tous les deux des personnes formidables… surtout ton père… C’était mon disciple, à une époque, tu sais ? Ah là là… il m’en aura fait baver, Arthur… Il était têtu comme un Tiboudet ! Il faisait tout à sa manière et n’écoutait aucun conseil, mais le pire, c’est qu’il y arrivait toujours ! Il avait un don pour les combats au corps à corps, ça c’est sûr. Et quand il a rencontré Viviane, j’ai su au premier coup d’œil qu’ils étaient faits pour passer leur vie ensemble. Ça sautait aux yeux !"

Alors que le Bétochef s’étalait tout joyeux sur ses mémoires du passé, Aura n’en restait pas moins abattu en apprenant toutes ces nouvelles. Il ne parvenait pas à pleurer, toutes ses larmes s’étaient précédemment écoulées pour sa mère.

Quelques minutes plus tard, Fragilady revint ; il semblait qu’elle avait fini son travail. Elle alla s’asseoir à la table de Kurt et Aura.

- "Pfiou… enfin fini… ça n’a pas été de tout repos, ces derniers temps…" dit-elle en s’effondrant sur la table. Elle s’étira, puis Kurt la prit sous son bras et la colla contre lui. Lily rougit.

- "M-Mais… qu’est-ce que tu fais, Kurt ?!" demanda t-elle, légèrement paniquée.

- "Enfin, Lily ! Tu ne vas pas t’écrouler pour si peu ! Tu es capable de bien plus que ça , je te connais !" Il tourna la tête vers Aura. "Elle peut paraître chétive et timide au premier abord, mais cette fille a un sacré caractère, je peux te le dire ! Elle le tient de sa mère, c’est sûr, haha !"

Lily s’empressa de ramasser son oreiller que Kurt avait déposé sur le coté, puis le frappa à la tête à plusieurs reprises.

- "Je t’interdis de parler de ma mère, vieux croûton !!" lui cria t-elle en se débattant.

Kurt finit par la lâcher en riant, tandis qu’elle se remettait de ses émotions. Elle s’adressa ensuite à Riolu :

- "Cet abruti n’a pas arrêté de draguer ma mère à chaque fois qu’il venait nous rendre visite à la Capitale… à l’époque j’étais peut-être jeune, mais pas dupe ! Hein ? Qu’est-ce que t’en dis, l’ancien ?"

- "Inutile de s’énerver, voyons… nous avions simplement de bonnes discussions." répondit-il calmement en adressant un clin d’œil discret à Lily.

Celle-ci se mit alors à le frapper à maintes reprises, sans que le Bétochef ne sente quoi que ce soit ; on ne peut pas vraiment dire qu’une Fragilady frappe fort. Kurt se contenta de rire aux éclats tandis que Lily le cognait autant qu’elle pouvait. Voir une telle complicité entre deux personnes aussi proches fit doucement rire Aura ; c’était la première fois qu’il riait depuis très longtemps. Les deux amis, voyant qu’il riait, se mirent à rire à leur tour. Ils étaient heureux d’avoir pu – mentalement, du moins – surmonter la tristesse des récents événements.

Une fois le moment de joie passé, Kurt se redressa soudainement :

- "Oh, Lily ! Je viens de me souvenir que j’avais quelque chose à te demander !"

- "Ah oui ? Qu’est-ce que c’est ?" l’interrogea t-elle, intriguée.

Kurt lui chuchota quelque chose à l’oreille qu’Aura ne put entendre.

- "Tu en penses quoi ? Tu penses qu’elle pourrait s’occuper de lui ?" demanda Kurt, impatient d’avoir l’avis de Lily à ce sujet.

Celle-ci jeta un rapide coup d’œil à Riolu avant de réfléchir et de dire :

- "Oui, c’est une très bonne idée ! Le seul souci est que je ne sais pas où elle peut se trouver… tentons notre chance à la Capitale, elle y est peut-être !"

- "Si elle n’est pas à la Capitale, alors elle est encore à l’Est. M’enfin… qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas ?" répondit Kurt.

- "Oui, tu as raison. Je vais demander à un messager Bekipan de partir dans les plus brefs délais. Vous pouvez d’ailleurs passer autant de nuits ici que vous le voulez, vous n’avez pas de souci à vous faire pour ça ! En étant ici, vous êtes considérés comme réfugiés et vous avez droit à tous les services que nous proposons !"

- "Même le Cocktail Capumain ?" demanda Kurt pour plaisanter.

- "Oh non, tu ne vas pas recommencer !" le sermonna t-elle.

Alors que les trois Pokémon passèrent le reste de la journée à rire et à se chamailler, la nuit vint rapidement et ils allèrent se coucher. Les jours passèrent ainsi, et Aura se remettait lentement de son traumatisme. Kurt n’avait toujours pas arrêté l’alcool et Lily jouait toujours la bonne femme bienveillante, tout en alternant avec son travail temporaire d’infirmière. Au bout de trois jours, ils reçurent finalement une visite de la part d’un Pokémon particulier.

Ce soir-là, lorsqu’il arriva au Refuge, on put voir de lui qu’il portait un grand manteau à capuche, probablement pour cacher son identité. Il devait mesurer plus ou moins un mètre et demi, et sa carrure était assez imposante. Le mystérieux Pokémon entra dans la salle commune et tenta de se faire discret. Il alla s’asseoir à la table de nos trois joyeux lurons.

- "Bien le bonsoir, jeunes gens. Comment vous portez-vous ?" demanda le Pokémon d’une douce voix alliant force et beauté. Cette voix était celle d’une femme, à n’en pas douter.

- "Bah alors, Anya ? Tu te présentes pas ?" répliqua Kurt d’une faible voix, comme si il ne voulait pas qu’on l’entende.

- "Oh, veuillez m’excuser pour cette introduction tardive." reprit-elle, également d’une petite voix, en ôtant sa capuche. "Je me nomme Anya, et je suis une Shaofouine. Je suis venue ici suite à la requête de mon vieil ami Kurt." Elle se tourna vers le Riolu. "Tu es Aura, c’est bien cela ? Je te présente toutes mes condoléances… ce qui est arrivé à toi et tes proches est tragique." Elle marqua une pause. "Je te laisse lui expliquer la situation, Kurt."

Celui-ci acquiesça puis se racla la gorge pour s’échauffer la voix.

"Hum hum. Donc… Aura. À partir d’aujourd’hui, c’est Anya qui va te prendre en charge. Elle va s’occuper de toi, t’éduquer et te former comme il faut. Elle est la mieux placée pour ce rôle, et je sais de quoi de parle ! Après tout, c’est la Commandante des armées de l’Est !"

Riolu afficha un visage surpris.

"La Commandante… de l’Est… ?" pensa t-il.

"Chut ! Ne dis pas cela devant tout le monde, sombre idiot !" chuchota Anya en se tournant vers le Bétochef qui pouffait de rire dans son coin. Il reprit ensuite son explication :

"Écoute… Tu n’as nulle part où aller, et tu ne peux pas rester ici indéfiniment. Anya a accepté de t’héberger gratuitement et de te soumettre à un entraînement afin que tu saches te défendre en cas d’une nouvelle attaque."

"Exact." ajouta la Shaofouine. "On n’est jamais trop prudent, surtout après les malheureux événements qui se sont déroulés dans tout le Royaume."

Les trois autres Pokémon sursautèrent. Lily prit la parole :

- "Attendez… vous voulez dire qu’il y a eu des attaques similaires partout dans Irène ?!"

- "Pour être plus précise, il y en a eu une au Nord, une à l’Ouest et une à l’Est. D’après nos informations actuelles, la première attaque aurait eu lieu au Nord. De plus, les soldats d’Acryon, l’Empire Nordique, auraient eu la mainmise sur la majorité de nos montagnes… un triste bilan."

Ils restèrent silencieux un moment, prenant peu à conscience de la situation. Ils n’étaient plus en sécurité nulle part, désormais.

- "Je sais que c’est quelque peu soudain, mais… nous devons partir tout de suite, Aura. Le temps nous est compté. Si nous partons maintenant, nous y serons probablement à l’aube. Alors, qu’en dis-tu ?" demanda Anya.

- "Partir… ? Mais où ça ?" s’interrogea Aura.

Anya lui répondit, le plus naturellement du monde :

- "À ma demeure, voyons ! Elle se trouve dans les territoires de l’Est, non loin de la Capitale. C’est un lieu désert, personne ne viendra nous y déranger, si ce n’est quelques messagers royaux qui connaissent bien l’endroit. C’est l’endroit idéal pour toi où grandir, dans les circonstances actuelles."

Aura prit un temps pour digérer toutes ces informations. Réflexion faite, il n’avait plus grand-chose à perdre, donc autant saisir l’occasion. Il se leva de son tabouret, alla auprès d’Anya et lui répondit, en la regardant dans les yeux :

- "D-D’accord… je viens avec vous, Madame."

La Shaofouine sourit et lui tendit la patte :

- "Marché conclu, dans ce cas ?"

Le Riolu lui tendit sa patte et serra la sienne. Il répondit d’une petite voix :

- "Oui…"

Anya, soulagée d’entendre la réponse de son nouveau disciple, lui adressa un grand sourire.

- "Tu as fait le bon choix, Aura. Je promets de veiller sur toi tant que je serai en vie. Ce ne sera sûrement pas facile pour toi dans les jours, les semaines, les mois qui vont suivre, mais je t’assure que c’est la meilleure décision. Une nouvelle vie s’offre à toi, désormais."

La Shaofouine remit sa capuche, puis se leva, signe qu’il était temps pour eux de quitter les lieux. Kurt et Lily prirent chaleureusement Aura dans leurs bras en signe d’au revoir, et la Fragilady ne put s’empêcher de laisser couler une larme. Il faut dire qu’elle s’était attachée à Riolu, ces derniers jours. Le Riolu demanda :

- "Monsieur Kurt… vous viendrez nous voir de temps en temps ?"

- "Tu sais, gamin… je n’aurai pas la force de faire des allers-retours aussi loin…" répondit-il, légèrement triste de ne pas pouvoir faire autrement.

- "Et… vous, Mademoiselle Lily ?" demanda t-il à la jeune fille qui séchait encore ses larmes.

- "Je suis navrée… je n’aurai sûrement pas le temps… je dois encore m’occuper de quelques blessés ici, et j’ai mon travail à la Capitale… mais si j’ai une occasion de venir, je viendrai, c’est promis !"

Aura sourit. Anya prit ensuite sa main et ils sortirent ensemble du bâtiment, sans regarder derrière eux. Il faisait nuit noire, mais certains chemins étaient encore éclairés par des torches. Ils se mirent alors en route vers la résidence d’Anya, laissant derrière eux un sombre passé, et aspirant désormais à un avenir radieux.




Table des Matières
smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley