X
Logo Pokéstrat mobile

The Elder's Shade : Origins chapitre 2

Sujet créé par Erag0n le 15/05/2020 à 17:41
Voici la suite de The Elder's Shade, elle est faite par le prof comme la dernière. Mais pour des raisons personnelles vous verrez Ryujin moins actif sur le site. Donc je la post moi, je ferai en sorte qu'il reçoit vos réponses via screen si besoin. Enfin bref assez de blabla, enjoy.

Pokémon : The Elder's Shade Origins

Chapitre 2 : The Chimera's Track

Cela faisait déjà deux mois que l'armée était à l'arrêt. Deux mois à faire du sur place, à attendre. Attendre quoi, il ne le savait pas. Ou plutôt, il ne voulait pas savoir. Un départ ne semblait plus que compromis, un retour à la maison plus que probable. Une énième journée passée à regarder le haut de sa tente, à attendre. Il ne lui semblait plus vraiment vivre. Il était juste là, prostré, le regard vide, les cheveux tombants, tel un ermite sauvage. Sa chimère, le sens de sa vie, était parti il y a deux mois. Il n'attendais plus que de la retrouver. Mais seul, il le savait, il ne pouvait rien. Rien, c'était le mot. Qu'importe ses talents de combattant, son statut de Roi, il ne la verrai jamais, sa chimère. Il allait rentrer en vaincu, malgré de nombreuses victoires.
Une lumière éclaira ses yeux. Comme à son habitude, Timée venait de rentrer, et lui fit un rapport, que Critias n'écoutait que d'une oreille distraite. Puis, il repartit. Comme à son habitude. Une nouvelle journée venait de s'écouler. Encore une. Plus que deux mois de cette routine, et il repartirai.
Il ne se souvenait même plus de quand il avait accepté un retour. Il se remémorait juste une réunion, où les généraux, las de conquêtes, avaient tous pris position pour un retour. Et il avait du s'y plier. Quel roi pitoyable il était, oui. Pas grand ou fort, mais petit et faible. Oui, faible. Il ferma les yeux, et sombra dans les bras de Cresselia. Il ne souhaitais plus qu'une chose, toucher cette chimère dans ses rêves...

Il flottait. Dans un lieu... étrange. Le temps ne semblait pas s'écouler, et l'espace semblait être fini. Il faisait sombre, mais il arrivait à distinguer son corps. Une sorte de brume violette l'entourait. Étonnamment, il ne se sentait pas en danger. Il atterrit sur ce qui s'apparentait à du sol. Il ne savais où il était. Une forêt immense se trouvait devant ses yeux, si l'on pouvait la qualifier de forêt. Il avança, et fut surpris de voir que les arbres s'effaçaient lorsqu'il passait. Il progressait assez vite. Il ne savait pas pourquoi, mais il avançait, comme si son corps était mue d'une volonté qui n'était pas la sienne. Il arriva enfin devant une succession de plateforme flottante. Il sauta sur la première, manquant de peu de tomber. Il ne comprenais rien à ce monde qui semblait défier toute logique. Mais, mue d'un instinct qui n'était pas sien, il continua à avancer. Il fini par arriver sur une plateforme, isolé. Les précédentes venaient de s'effacer. La brume violette qui l'enveloppait se disloquait. Une aura mortel venait de s'instaurer. Il voulait partir, mais ne le pouvait.et après un instant qui dura une éternité; il le vit.
Il était grand. Et effrayant. Son aura mettait mal à l'aise. Critias se sentait écrasé. Et faible. Encore plus que le matin même. Il sentait même l'ombre de la mort, qui l'étreignait de ses grands doigts osseux. C'était ce qu'il avait sous les yeux. Le mal absolu le dévisageait froidement, tel un insecte qui barre le chemin de son sillage mortel. Ses yeux inspiraient la mort, et on pouvait y lire une soif de sang et de destruction qui glaçait les sangs. Les doigts du mal finirent par bouger, lentement vers lui. Et il ne pouvait bouger, juste regarder son corps être soulevé doucement par la créature, avec précaution, comme s'il n'était qu'une chose fragile. Il ouvrit ce qui semblait être une bouche. Critias savait. Il savait que c'était la fin, que Timée ne le sauverai pas. Il savait qu'il allait mourir. Son frère reprendrai le trône. Son royaume prospérerait entre ses mains, il en était sûr.

C'était inacceptable. Inconcevable. Que sa quête se termine ainsi, c'était impossible. Il ne voulait pas mourir. Pas avant de l'avoir trouvé. Pas avant que son rêve ne devienne réalité. Alors, il hurla. Il hurla son droit de vivre, son désir de trouver sa chimère, de la toucher, de l'atteindre. Il hurla sa rage, son impuissance, sa colère. Tout ce qui le composait, il l'hurlait devant ce mal absolu. Il ferma les yeux, pour ne pas voir cette mort qui l'attendais.
Il mit longtemps à comprendre qu'il avait disparu. L'incarnation du mal n'était plus. Il flottait à nouveau dans cette brume violette. Pensant alors qu'il était mort, il se demandait s'il partait pour l'enfer. Ou si il allait se réincarner en esprit. Une vive lumière l'éblouit soudainement. Et il la vit enfin. Sa chimère. Tel qu'il l'imaginais. Un orbe vert, qui irradiait de lumière, de puissance, et de sagesse. Une douce lumière l'enveloppait. Il était aux anges. Il avança son bras, pour l'atteindre. Mais l'orbe semblait s'éloigner. Plus il avançait, plus l'orbe reculait. Critias cria son désespoir et sa tristesse, et pleura. Sa vision se troubla. Les larmes l'empêchait de la voir. Il finit par le perdre de vue. Il recommença à hurler, seul cette fois, dans les abysses les plus sombres.

Une vive lumière éclaira son visage ruisselant de larme. Il constata qu'il était dans son lit, et que Scalproie avait ouvert la porte de sa tente. Il le regardais d'un air inquiet. Le roi sourit bêtement, et se mis à rire. Un rire plein de désillusion. "J'ai assez dormi, se dit-il, il est temps de se relever, et d'avancer." Il se releva, enfila la première tenue qu'il attrapa, et sortit marcher. Sans vraiment savoir où, mais il voulait avancer. En sortant, il bouscula son frère, qui tomba, plus de surprise qu'autre chose. Timée se releva, et commença à lui parler, mais il ne l'écoutait pas. Il ne l'entendais pas. Il partit, Scalproie à ses côtés. Après une longue balade, il fini par s'arrêter, et entendit Timée qui courait derrière lui. Il s'était posé devant une colline, et il était déjà tard. Il ne savait combien de temps il s'était écoulé. Il ne voulais pas le savoir. Il se posa, adossé contre un arbre, et regarda l'horizon. Un magnifique couché de soleil venait de s'amorcer. Son frère arriva en haletant :
"Que fais-tu à la fin, dit-il en reprenant son souffle, pourquoi tu m'a traîné jusque ici ? Ça fait des heures qu'on marche sans s'arrêter. Qu'est ce qu...
- Je l'ai vu.
- De quoi ?
- Ma chimère."
Il dévisagea son frère, qui le regardait sans comprendre. "Il doit me prendre pour un fou", pensa-t-il.
"Rassemble tout les ouvrages anciens que tu peux, lui dit-il.
- Mais...
- Exécution, l'interrompis-t-il. Ne reviens pas devant moi sans en avoir trouvé le plus possible.
- Pourquoi...
- Parce que je tiens à occuper mes journées, le coupa-t-il encore. Ne t'occupe pas du pourquoi. C'est, ça a été, et ça sera toujours à moi de m'en préoccuper."
Son frère continua à le regarder comme si il était devenu fou. Mais il se repris vite, s'inclina en prononçant "Bien, votre Majesté", avant de repartir. Scalproie lui aussi le dévisageait."Toi au moins, tu ne me conteste pas. Tu me suis, et tu m'obéit, quelque soit l'ordre que je te donne." pensa-t-il. Il se releva au bout d'un moment, et repartit vers le campement, son pokémon marchant à sa hauteur.

Des jours s'écoulèrent avant que Critias ne tombe sur ce qu'il cherchait. Il compris que le lieu où il était existait vraiment. Que le mal absolue, qu'il pensait être disparu, existait toujours. Et que le Joyau se trouvait là bas. Il devait trouver un accès pour s'y rendre, coûte que coûte. Une ombre apparut soudain derrière lui. C'était Timée.
"Pour le rapport de la journée...
- Laisse tomber les rapports, tu ne me répète que la même chose depuis des jours, le coupa-t-il. Prépare les troupes.
- Nous rentrons plus tôt que prévu ?
- Oui. Pour l'instant. Ce n'est que partie remise. Nous devons reconstituer nos forces, afin de retrouver le Joyau.
- Tu n'abandonnera donc jamais ?
- Je l'ai vu de mes yeux, mon frère. Je n'y renoncerai pas. Quoi que toi ou mes généraux me disent, je ne céderai pas. Je le retrouverai quoi qu'il m'en coûte.
- Je vois... Je vais prévenir nos hommes. As-tu une idée de quand la prochaine croisade commencera ?
- Dans quelques années je pense, le temps d'approfondir mes trouvailles.
- Bien. Votre Majesté."
Une fois son frère parti, Critias se mis à sourire. "La chasse a commencé..." dit-il.

Une créature apparut dans les vestiges du camps des Archaïens. Petite, la peau bordeaux, elle portait sur le crâne un crâne, appartenant sans doute à un Crocorible, ainsi qu'une longue robe noir. Elle se mit à sourire, avant d'éclater d'un rire mauvais. Une seconde créature apparut. C'était un Démolosse.
"Pourquoi riez-vous, maître ? grogna-t'il.
- Parce que tout se déroule comme je le prévois. Voilà pourquoi."
Il sorti des plis de sa robe un orbe vert, qui irradiait de lumière. Et il continua à briser le silence de la nuit de son rire satanique...